Olivier Vanham : urgence pour le climat, la justice et la santé

Olivier Vanham : urgence pour le climat, la justice et la santé

Qu’est-ce qui singularise le projet humaniste?

Les vieilles recettes sont dépassées face aux défis sociaux, économiques et environnementaux. Il faut un nouveau modèle et je suis convaincu que remettre l’Humain et son environnement au centre des décisions politiques est la voie à suivre. C’est précisément l’originalité du projet humaniste, qui transcende le clivage gauche-droite, en remettant la personne au coeur des préoccupations politiques.

Quelles sont vos propositions pour le climat?

Les aléas de la Loi Climat ont montré à quel point le décalage est grand entre le Nord et le Sud de notre pays. Pourtant, les enjeux environnementaux dépassent les frontières linguistiques et les attributions ministérielles. De plus, ils s’inscrivent dans un délai bien plus long qu’une seule législature. Il est donc nécessaire d’impliquer les Parlements et d’adopter une démarche intégrée et transversale. Afin d’assurer la continuité des politiques publiques environnementales au fil des différentes majorités, ce principe doit être inscrit dans la Constitution.

Les plans régionaux doivent être cohérents avec les actions menées par les autres niveaux de pouvoir. Il est donc vital d’adopter une Loi Climat à l’échelle fédérale et de la décliner au niveau des Régions. C’est pourquoi, nous voulons créer une Agence interfédérale du climat pour coordonner la transition. Par exemple, en matière d’énergie, le cdH propose de lancer un plan interfédéral d’isolation des bâtiments, s’appuyant sur un budget à la hauteur du défi qui s’annonce.

Quels seront vos autres chevaux de bataille?

Les questions relatives à la Justice et à la Santé me tiennent particulièrement à cœur. Si nous voulons un système de santé de qualité, innovant et accessible, des mesures doivent être prises : garantir à long terme le financement de la sécurité sociale, supprimer les quotas INAMI, baisser la TVA sur les lunettes et augmenter le nombre d’infirmières par patient.

Le délabrement de la Justice me préoccupe également. Or, c’est le citoyen qui en paie le prix fort, lorsque les décisions traînent ou que les petits délits restent impunis. Résultat : le sentiment d’injustice et d’insécurité grandit. Il est urgent de réinvestir 500 millions d’euros, dans les moyens humains et techniques pour une justice efficace.

Quelle est votre devise?

La gauche, la droite, c’est dépassé, balle au centre !

Ajouter un commentaire